Egalité Femmes/Hommes : Comment passer de la théorie à la pratique ? Marik Fetouh répond

///Egalité Femmes/Hommes : Comment passer de la théorie à la pratique ? Marik Fetouh répond

Egalité Femmes/Hommes : Comment passer de la théorie à la pratique ? Marik Fetouh répond

Dans la lettre de mission que lui a remise Alain Juppé, figure, entre autres, un défi sociétal dont Marik Fetouh s’est emparé : l’égalité entre femmes et hommes.

Et en la matière, les progrès restent encore bien nombreux pour réaliser cette égalité. Si la place des femmes n’a cessé de progresser dans la société, et si en théorie, rien ne devrait plus entraver l’égalité juridiquement garantie, en pratique les indicateurs montrent que l’égalité réelle entre les femmes et les hommes n’est pas atteinte.

Le 8 mars, journée des droits des femmes, donne toujours lieu à un éclairage particulier et « intense » à la question de l’égalité entre femmes et hommes. Pourtant, la lutte contre cette forme de discrimination s’inscrit dans la longue durée.

Quel est l’engagement métropolitain en la matière ?

Il s’agit effectivement d’une action de longue durée…et de longue haleine. Elle va de la prise de conscience à l’action (petite ou grande, symbolique ou concrète) en passant par des phases de diagnostic dans les établissements ou domaines d’action.

Dès 2011, Bordeaux Métropole, consciente que l’égalité entre femmes et hommes se joue tant au niveau local que national, s’est engagée dans une politique transversale de la promotion de cette égalité.

En 2012/2013, a été réalisé un diagnostic interne sur la situation des femmes et des hommes au sein de l’établissement afin de démarrer des actions simples visant à améliorer l’équité entre les femmes et les hommes qu’elle emploie. La ville de Bordeaux a également procédé à un diagnostic.

C’est à partir des données collectées (quantitatives et qualitatives) qu’a été élaboré un plan d’actions métropolitain Égalité Femmes/Hommes. Adopté le 30 octobre dernier, ce plan s’articule autour de quatre axes :

  • favoriser l’égalité tout au long de la carrière,
  • aider les agents à concilier leurs temps de vie,
  • faciliter la parentalité des agents,
  • développer l’égalité dans les politiques publiques métropolitaines.

Ce plan est particulièrement ambitieux, et je m’emploie à faire que ces axes ne restent pas des vœux pieux. Chaque action compte.

Marik Fetouh

A ce propos, quels types d’actions ont été mises en place pour apporter les corrections nécessaires ?

La métropole se fait un employeur toujours un peu plus responsable en abordant les sujets relatifs aux effectifs, à la carrière des agents, aux dispositifs mis en place pour permettre la conciliation des temps de vie des agents et la valorisation de la parentalité.

Ainsi, des actions ont été menées afin de favoriser la mixité dans les recrutements et donc dans les effectifs telles que, notamment, le recrutement d’apprentis masculins dans les services administratifs, l’accueil de femmes agent de collecte, des parcs et jardins, ou de propreté ainsi que le développement de la culture de l’égalité femmes/hommes par la communication interne et externe.

Par ailleurs, la promotion de l’égalité femmes/hommes a été réalisée dans les politiques publiques conduites par la métropole : rappel systématique des lois et exigence d’engagement de la part des entreprises dans les contrats de commande publique, expérimentation des prestations de ménage en journée dans les locaux métropolitains, soutien aux associations, intervention dans les aménagements urbains, politique de la ville…

Je reviendrai également sur l’étude commandée, en 2016, par Bordeaux Métropole, la ville de Bordeaux et Kéolis destinée à connaître la situation réelle des discriminations faites aux femmes dans les transports en commun. Si les résultats confortent, malheureusement, ceux d’études antérieures (notamment, celle réalisée en 2014 sur la métropole par deux étudiantes ou l’enquête nationale du Ministère des Transports), l’essentiel est les réponses que nous voulons apporter. Les premières sont aussi variées qu’une campagne de communication nationale relayée sur le territoire, la formation du personnel Kéolis, la réflexion d’un numéro vert. Par ailleurs, la Semaine de la Mobilité 2017 sera consacrée à la thématique « Femmes et déplacements ».

Il s’agit là de mesures parmi d’autres mais non d’un inventaire, bien évidemment exhaustif. Une grande partie de notre action vers une égalité entre femmes et hommes passe et passera par un changement des comportements et par une certaine culture à développer… là est tout le défi sociétal.

Marik Fetouh

Quelles sont, les perspectives à venir pour la Métropole en matière d’égalité ?

A la demande d’Alain Juppé, nous préparons avec les services un ambitieux plan de prévention et de lutte contre les discriminations (PLCD), qui sera voté dans quelques mois. Transversal, il touchera à tous les aspects de la collectivité, en matière de gestion des ressources humaines comme en matière de politiques publiques.

Un des points forts de ce PLCD est l’engagement dans un processus de labellisation par l’AFNOR au titre des labels « diversité » et « égalité professionnelle femmes-hommes ». Ces labels, décernés après un audit extérieur financé par la collectivité, constituent la garantie que l’ensemble des procédures de prévention et de traitement des discriminations sont mises en œuvre.

Car il subsiste encore de nos jours des inégalités, y compris dans la fonction publique. Les mairies et les métropoles n’échappent malheureusement pas à ce phénomène. Leur devoir d’exemplarité doit les amener à mettre tout en œuvre pour les réduire au maximum. Chacun doit prendre sa place dans ce combat, et s’engager dans un cercle vertueux qui entraine toute la société dans une dynamique positive.

Marik Fetouh
2017-09-29T19:32:18+00:00