Avec la multiplication des phénomènes climatiques extrêmes ces dernières années, Alain Juppé a souhaité que soit renforcée l’action de Bordeaux Métropole en matière de lutte contre les inondations pluviales. Identifiée comme l’une des priorités dès le début de sa mandature, une stratégie cohérente globale grâce au dispositif de Programme d’Action de Prévention des Inondations (PAPI) est mise en œuvre. Ce dernier, véritable outil de prévention pour l’Estuaire de la Gironde, comporte 55 millions d’euros de travaux uniquement sur la métropole.

La Presqu’île d’Ambès, territoire vulnérable situé entre la Garonne et la Dordogne, peut être soumis aux crues en cas d’inondation. Il apparait primordial de prendre en considération les risques en présence, naturels mais aussi technologiques, tout en assurant la sécurité des biens et des personnes habitant sur la Presqu’île.

Pour offrir aux administrés une solution sécuritaire en cas d’inondation, Max Colès a saisi l’opportunité de l’extension des bâtiments scolaires sur la commune de Saint-Vincent-de-Paul pour en faire la toute première école zone refuge de France.

Afin qu’il soit efficace en temps de crise, le refuge doit impérativement être un espace bien identifié par les habitants, et fréquenté au quotidien pour d’autres usages. C’est la raison pour laquelle, l’équipement se veut polyvalent avec des locaux ayant une autre utilité en temps normal (salles de classe, salle à manger…) et bénéficiant d’une autonomie fonctionnelle en cas de crise (groupe électrogène, cuisinières au gaz et des toilettes sèches…), en raison d’une probable coupure des réseaux (eau, électricité, sanitaires, téléphone).

Son usage réversible en zone refuge pourra permettre l’accueil de 150 personnes (accueil de jour) à 225 personnes (accueil de nuit) qui n’ont pas d’hébergement en cas d’inondation.

Alain Juppé et les élus de Communauté d’Avenir, conscients des risques engendrés par les phénomènes naturels majeurs de plus en plus présents, s’engagent dans la poursuite d’une stratégie territoriale de prévention afin que chaque habitant de notre Métropole puisse bénéficier d’un abri, pouvant accueillir du public en cas de crise, proche de chez lui.